Cacher ce message

Rencontre avec Matthieu Perraut, skipper pour la Route du Rhum

Publié le 12 août 2022

Par IDYLAUTO

Architecte de formation, Matthieu Perraut a grandi en Bretagne où il a développé un amour pour la mer. Après la Mini Transat en 2019, il se lance dans le grand bain, deux ans plus tard, avec la Transat Jacques Vabre en Class40 ; c’est le début de sa carrière de navigateur professionnel.

En tant que partenaire fidèle et l’accompagnant dans sa mobilité au quotidien, le Groupe IDYLAUTO est allé à la rencontre de Matthieu pour en savoir plus sur son histoire et sa passion.

MATTHIEU PERRAUT DACIA DUSTER

Peux-tu nous en dire plus sur toi et ton parcours ?

  « Il faut savoir que j’ai grandi à Rennes et que j’ai passé beaucoup de temps à Saint-Malo. Bien que je sois tourné vers la mer, je suis parti à Versailles pour faire mes études. J’ai continué à travailler en tant qu’architecte à Paris. En 2017, nous avons décidé, ma femme et moi, de partir vivre à Pornichet. Nous avons contribué à créer le pôle Mini de la Turballe afin d’encadrer mon projet de Mini Transat.

J’ai toujours souhaité travailler sur des projets à l’échelle locale, et cela s’applique aussi pour ma recherche de partenaires. Je suis content du partenariat avec vous parce que c’est facile pour se retrouver, échanger et naviguer ensemble. Je trouve que cela a vraiment du sens. Nous avons également d’autres partenaires locaux comme Wichard et Profurl, des acteurs « plus techniques » basés sur la zone de Pornichet. Dès qu’on peut, on aime bien que notre projet soit le plus local possible. »

Comment as-tu découvert les joies de la navigation et qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton métier ?

« Fin 2016, j’ai fait une croisière entre amis et j’ai eu envie de naviguer un peu plus. Une rencontre a suffi à me motiver, trois mois après j’achetais mon bateau. J’étais encore à Paris à l’époque. Je me suis donc lancé avec la Mini Transat 2019 sur un tout petit bateau de 6.5 mètres. Tout s’est vraiment bien passé  et ça m’a donné envie de continuer. J’aime beaucoup le côté gestion de projet, créer la structure, trouver des sponsors, des partenaires techniques, établir le cadre de l’aventure. J’ai mis 2 ans à trouver mes sponsors pour le Class40.

 

L’objectif de ce projet est de vivre d’un projet de course large dans lequel tout le monde s’y retrouve, que ce soit ma famille, mes partenaires ou moi. Ce qui est essentiel, c’est de trouver un équilibre tout en étant performant. Cela nécessite de l’organisation et une capacité à déterminer le temps qu’on va mettre dans chaque case du planning et de savoir ce dont j’ai besoin pour être le plus performant possible. Le planning est une tâche qui m’occupe beaucoup et qui est centrale dans mon organisation. »

Comment as-tu pu transformer ta passion en un métier ?

« J’ai la chance d’avoir des partenaires de confiance. En 2021, le Groupe Inter Invest a décidé de m’accompagner pendant 3 ans. Ils prennent en charge tout l’aspect financier. Une ligne est dédiée au salaire dans le budget, cela me permet aujourd’hui de vivre de la navigation, de ma passion. Avant cela, j’avais lancé la construction d’un bateau neuf, une étape importante puisque cela nous permet d’être compétitifs aujourd’hui. Évidemment, je suis bien entouré avec Vincent Lancien, le directeur technique du bateau qui s’occupe de toute la préparation de notre Class40 et avec qui nous travaillons en étroite collaboration. »

MATTHIEU PERRAUT CLASS40

Peux-tu nous en dire plus sur ton palmarès ? As-tu une course qui t’a particulièrement marquée ?

« En Mini, je n’avais pas un bateau capable de gagner les courses, il n’était pas de dernière génération. Bien que j’aie terminé au milieu du classement, c’était une course très compétitive. Une course qui m’a marquée ? La course Les Sables – Les Açores – Les Sables. C’est une épreuve en deux étapes au départ des Sables d’Olonne et avec une escale de quelques jours à Horta aux Açores. On parle beaucoup des Açores car c’est là où se créent les phénomènes météorologiques qui ont le plus d’influence sur notre zone de navigation. Aux Açores, la météo est complètement incertaine. On est parti avec beaucoup de vent et on a fini par passer deux jours sur place, avec 0 vent. C’était frustrant mais vraiment instructif ! »

Comment fais-tu pour gérer les aléas ?

« Je consacre du temps pour la préparation mentale avec un coach dédié. L’idée est d’avoir une organisation qui puisse me permettre d’être le plus compétitif possible. Je le vois une fois par semaine. Pour moi, la préparation mentale est très importante pour gagner. J’aime bien faire un parallèle avec le tennis car si les tennismen ne sont pas dans le bon état d’esprit, ils ne peuvent rien faire. Ce n’est pas qu’une histoire de technique et je pense que le lien entre ces deux pratiques est intéressant à creuser. »

Quels sont tes projets 2022 / 2023 ?

« En novembre 2022 c’est la Route du Rhum, en solitaire. C’est une course qui a toujours été présente chez moi. Comme je passais du temps à Saint-Malo, je l’ai toujours vu depuis mes fenêtres. J’avais même des posters lorsque j’étais tout petit. L’année prochaine, c’est la Transat Jacques Vabre et l’année d’après, nous ne savons pas si nous faisons une Transat ou autre chose. »

Comment te sens-tu pour ta première Route du Rhum ?

« Le moment du départ va être stressant tout comme la semaine d’avant, mais je me prépare au mieux pour cette course et j’ai hâte d’y être. »

 

MATTHIEU PERRAUT

Le groupe IDYLAUTO partenaire du Festival Retroplay

Le groupe IDYLAUTO sera partenaire de la 4ème édition  du Festival Retroplay Né de l'initiative d'une équipe de...

Lire la suite

Préparez les journées portes ouvertes Renault

Votre concessionnaire IDYLAUTO vous accueille pour des journées portes ouvertes Renault d’exception. Lors de ce temps consacré...

Lire la suite
Groupe 392 1 équipe de
130 professionnels
Groupe 409 100%
à votre écoute
Icon map-car-rental Location
de véhicules
Groupe 410 Experts
depuis 40 ans
Haut de page